PhuongDuc village

Le métier de fondeur dans la ville de Huê

PhuongDuc villageL’un des villages de métier les plus anciens de l’ex-capitale impériale de Huê (Centre) répond au doux nom de Phuong Duc, réputé pour ses 400 ans de pratique du métier de fondeur.

Aujourd’hui, des centaines de villageois restent fidèles à la tradition séculaire, fabriquant des produits renommés portant la marque de Phuong Duc.

Situé à trois kilomètres du centre de la ville de Huê (province de Thua Thiên-Huê, Centre), le village de fonderie de Phuong Duc est réputé pour ses 400 ans d’histoire depuis sa fondation. Phuong Duc fut créé lorsque vers 1569, les premiers habitants décidèrent de suivre le seigneur Nguyên Hoàng (1524-1613), qui avait pour désir d’étendre le territoire national vers le Centre. Autrefois, Phuong Duc était composé de cinq hameaux : Truong Dông, Kinh Nhon, Bôn Bô, Giang Dinh et Giang Tiên parmi lesquels, Kinh Nhon et Bôn Bô sont les deux localités les plus prestigieuses.

Selon le registre généalogique de la famille Nguyên à Kinh Nhon, le fondateur du fameux métier de fondeur fut Nguyên Van Luong, originaire du Kinh Bac (Nord). Métier qui est transmis depuis maintenant 14 générations.

À la création du village, les fondeurs de Phuong Duc fabriquaient des armes telles épieux, épées, arcs et flèches… pour les besoins de la défense nationale. Puis, pour renforcer l’arsenal de l’armée, les seigneurs de Nguyên firent fabriquer les veuglaires et l’artillerie lourde. Les neuf veuglaires encore installées aujourd’hui devant la porte du Sud du Palais royal de Huê sont une preuve vivante du talent des artisans de Phuong Duc. Les fondeurs de Phuong Duc sont aussi réputés pour la fabrication des cloches et gongs, qui sont devenus objets cultuels de nombreuses pagodes du Centre. On peut citer ainsi le gong appelé Binh Trung Quan, fondu en 1674 sous le règne du seigneur Nguyên Phuc Tân (1648-1687), d’un diamètre de 1,6 m et pour 0,8 m de haut, et qui est conservé aujourd’hui dans l’enceinte de la pagode de Thiên Mu (Huê). Ou encore la cloche Thiên Mu, de 2,5 m de haut, fabriquée en 1710 sous le règne du seigneur Nguyên Phuc Chu (1691-1725), laquelle est installée à présent dans la pagode du même nom. À noter que cette cloche est considérée comme la plus ancienne du bouddhisme du Centre. Enfin, les fondeurs de Phuong Duc sont connus pour leur talent dans la fonte des statues bouddhiques, lesquelles sont vénérées chaque jour dans différentes pagodes du Centre.

Des centaines de villageois fidèles au métier

Aujourd’hui, le métier de fondeur est toujours de mise dans le village de Phuong Duc, avec deux coopératives, 60 familles et environ 300 ouvriers fidèles à la tradition séculaire. La recette provenant de la vente des produits de ce village de métier atteint chaque année sept, voire dix milliards de dôngs. Les produits de Phuong Duc sont variés, allant des objets cultuels (encensoirs, vases pour les baguettes d’encens, cloches, gongs, tamtams…) aux souvenirs en cuivre pour les touristes (statues, tambours de bronze, vases de fleurs…). Si les produits de Phuong Duc se sont diversifiés au fil du temps, ils sont toujours fabriqués selon les procédés ancestraux mêlant outils de travail simples, mains habiles et expérience des ouvriers.

Phuong Duc compte plusieurs maîtres de forges attachés au métier et qui y font honneur comme Nguyên Van Sinh, Nguyên Van Viên, Nguyên Van Dê, Nguyên Van Trai, Nguyên Truong Son… Ces maîtres font tout ce qui est en leur pouvoir pour transmettre leur passion et leur savoir-faire aux jeunes générations. L’artisan Nguyên Van Sinh (11e génération de la famille Nguyên à Kinh Nhon) a formé une centaine d’apprentis. Aujourd’hui, 26 d’entre eux ont ouvert leur propre fonderie au sein du village pour perpétuer le métier traditionnel. Le fondeur Nguyên Van Sinh est le premier à avoir été reconnu Maître-Artisan de métier traditionnel de Huê. Deux de ses fils, Nguyên Truong Son et Nguyên Phùng Son, titulaires de diplômes universitaires, suivent désormais ses traces. Récemment, Nguyên Van Sinh et ses deux fils ont réussi à fondre ce qui est estimé comme le plus gros bourdon de tout le Sud-Est asiatique, avec des mensurations qui laissent pantois : 5,5m de hauteur, 3,7m de diamètre, pour un poids dépassant les 30 tonnes ! Pour réussir cet exploit technique, notre homme a mobilisé plus de 60 ouvriers qui ont travaillé huit mois durant pour fondre et mouler huit fourneaux permettant de faire fondre 2,5 tonnes de cuivre chacun.

Le métier traditionnel du village de Phuong Duc intéresse les autorités de la province de Thua Thiên-Huê. Ainsi, en 2009 et 2010, la province a épaulé le village de métier dans la formation des ouvriers, l’amélioration de la gamme de produits et l’élaboration de son label. Ainsi, Phuong Duc a pu bâtir le Centre de présentation des produits où est relaté les 400 ans d’histoire du village.

L’histoire, le métier traditionnel du village de Phuong Duc attirent également les touristes, qu’ils soient étrangers ou non. Ils y affluent pour contempler le travail des fondeurs, participer à certaines phases de la production sous le regard attentif des maîtres artisans, et acheter les produits typiques de la localité. Le village de Phuong Duc devient une adresse de plus en plus prisée des touristes et des investisseurs domestiques comme étrangers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s