Le message de lacs de Hanoi

lac-de-l’Ouest

Au lac de l’Ouest.

La nature a accordé à Hanoi de nombreux lacs, grands et petits, disséminés un peu partout dans la ville. Parmi eux, le lac de Hoàn Kiêm et le lac de l’Ouest sont les plus célèbres, étroitement liés à l’histoire millénaire de la capitale.

Depuis le Dôi moi (Renouveau), Hanoi construit à un rythme accéléré, cherchant à s’urbaniser. Même dans ce contexte de la modernisation, les lacs font toujours partie de l’actualité comme l’atteste Christian Pédelahore dans sa thèse sur la capitale vietnamienne: «À un moment où, dans les périphéries de Hanoi où les fronts serrés des édifices individuels progressent à raison de 50 à 100 mètres par an, où se métissent les modèles architecturaux, où s’enchevêtrent les réseaux, seuls restent organisateurs de l’espace urbain, les lacs, lieux topologiques d’orientation et nœuds territoriaux intangibles de l’organisation urbaine.

….Structure territoriale, les lacs  orientent et organisent l’armature urbaine. Ils lui transmettent aussi certaines de leurs caractéristiques spatiales, notamment une respiration et un recul indispensable à une densité, une compacité et une promiscuité très grandes, inusitées en Occident. Suivant leur typologie, les lacs sont à l’origine de quartiers déployant de multiples gradations entre l’ouvert et le fermé».

Lieux de concrétion mythologiques

Sous l’angle culturel, Hanoi avec ses centaines de pagodes bouddhiques et de temples dédiés aux grands hommes et aux génies de multiples Olympes, les lacs sont aussi les «lieux de concrétion mythologiques, symboliques et artistiques, notamment par le biais de convocation littéraire».

Citons, entre autres exemples, le lac de Hoàn Kiêm (lac de l’Épée restituée) avec sa légende semi-historique de la Tortue d’or reprenant au roi Lê Thai Tô (1385 – 1433) l’épée miraculeuse, le lac de l’Ouest avec sa légende du bufflon d’or et son fameux Temple des Déesses Mères.

Les lacs sont aussi le siège d’activités culturelles diverses, des lieux de repos, de détente, de distraction et de convivialité. On y vient pour lire son journal, pratiquer la gymnastique matinale collective, causer avec des amis, prendre du thé ou jouer aux échecs dans un cadre de verdure, surtout en pleine canicule. Les lacs sont des espaces de projections mentales, religieuses, mystiques, poétiques. Dans l’imaginaire collectif, l’eau peut aussi se faire onde voluptueuse. Il n’est que d’évoquer cet exemple archétypal de la jeune fille dénouant sa natte et se lavant les cheveux au bord d’une pièce d’eau. Par le biais de l’élément liquide, âme constitutive avec la terre de l’être au monde vietnamien, sont convoqués dans l’inconscient collectif, la féminité, la sensualité, la sexualité, ainsi que l’incarnation anthropomorphique de la nature.

Pédelahore conclut: «Cette eau, chargée ou légère, courante ou dormante, intimement liée à l’architecture, au territoire qu’elle modèle, incarne ainsi matériellement, ce qui apparaît comme les deux attributs profonds, synthétiques et continus, de la culture vietnamienne que sont la simplicité et la naturalité, instituant esprit de synthèse, équilibre et raffinement. De ce fait, les lacs représentent une métaphore physique et une cristallisation de l’âme de Hanoi, portant tous deux mêmes valeurs et même esprit».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s